Prochainement, dès le 18 mai 2017

Graines pour le futur : conservation et recherche à l’Institut Vavilov et en Suisse

La conservation des ressources génétiques des plantes sauvages et cultivées représente une base nécessaire au développement d’une agriculture durable et à la création de nouvelles variétés adaptées à l'évolution des besoins et aux changements climatiques. Cette problématique est abordée dans le cadre d'une exposition et d'une série d'animations qui auront lieu entre mai et octobre 2017 aux Musée et Jardins botaniques cantonaux vaudois.

Les banques de gènes jouent un rôle important dans la conservation des ressources génétiques. Le Vavilov Institute of Plant Industry en Russie et le Svalbard Global Seed Vault en Norvège font partie des plus grandes banques de gènes. Plusieurs initiatives nationales participent à la conservation des ressources génétiques, comme par exemple pour la Suisse, les Agroscopes, Pro Specie Rara, et Rétropomme. En outre, la recherche fondamentale sur l'évolution des plantes cultivées permet de caractériser les ressources génétiques et documente leur origine ainsi que les possibilités d'hybridation avec des espèces apparentées. Ces données sont nécessaires à l’élaboration de programmes de croisements dans le but de créer de nouvelles variétés. Elles servent également à établir les conditions nécessaires au confinement d'un transgène dans un champ de plantes modifiées génétiquement.

Ce projet consiste en une exposition et un large programme d’animations sur les enjeux et les défis de la conservation de la diversité des plantes cultivées. L’exposition se déroulera aux Musée et Jardins botaniques cantonaux de Lausanne et de Pont-de-Nant. Elle s’articulera autour de cinq mots-clés :

Collecter : Les plantes cultivées ont été sélectionnées à partir d’espèces sauvages. L’agronomie coïncide avec la sédentarisation des populations qui a eu lieu voici plusieurs millénaires. Personne ne peut prédire quelle plante sera utilisée ou quelle caractéristique sera importante dans quelques décennies. La conservation de l’ensemble de la biodiversité végétale sauvage et domestiquée donne le maximum de chances pour développer des plantes répondant aux besoins futurs.

Inventorier : Pour conserver, il faut connaître. La documentation scientifique des plantes sauvages et domestiquées, leurs modes de culture et leurs usages constituent la base de la recherche agronomique.

Conserver : Les espèces sauvages et les variétés cultivées forment le capital à conserver et à faire fructifier dès aujourd’hui pour répondre aux besoins de demain.

Etudier : L’agriculture évolue en fonction des découvertes scientifiques et des avancées technologiques. Tant les recherches fondamentales qu’appliquées contribuent à répondre aux nouveaux défis.

Prévoir : Nourrir la planète est un défi toujours plus difficile. L’évolution des besoins et les changements climatiques doivent être anticipés pour se donner une chance d’y faire face.

L’exposition bénéficiera du travail du photographe professionnel Mario Del Curto, qui portent sur les deux plus grandes banques de gènes mondiales citées ci-dessus, ainsi que sur des instituts de recherches fondamentales et appliquées en Suisse. Dans les deux jardins botaniques, des cultures de variétés suisses et russes illustreront la diversité des plantes cultivées.

Photographie de Mario Del Curto
Photographie de Mario Del Curto
Photographie de Mario Del Curto
Photographie de Mario Del Curto
Previous Next

Informations pratiques

Graines pour le futur : conservation et recherche à l’Institut Vavilov et en Suisse

Du 18 mai au 22 octobre 2017
Tous les jours de 10 h à 18h 00

Musée botanique:Place de Milan,
Montriond, Lausanne

Où nous trouver

Entrée libre

Vernissage

jeudi 17 mai à 18h

soyez les bienvenus